11-11-2006

Ces petits riens


Serge Gainsboug ces petits riens
Vidéo envoyée par TIGRE_NOIR

Ces petits riens

Mieux vaut n'penser à rien
Que n'pas penser du tout
Rien c'est déjà
Rien c'est déjà beaucoup
On se souvient de rien
Et puisqu'on oublie tout
Rien c'est bien mieux
Rien c'est bien mieux que tout

Mieux vaut n'penser à rien
Que de penser à vous
Ça n'me vaut rien
Ça n'me vaut rien du tout
Comme si de rien
N'était je pense à tous
Ces petits riens
Qui me venaient de vous

Si c'était trois fois rien
Trois fois rien entre nous
Evidemment
Cà ne fait pas beaucoup
Ce sont ces petits riens
Que j'ai mis bout à bout
Ces petits riens
Qui me venaient de vous

Mieux vaut pleurer de rien
Que de rire de tout
Pleurer pour un rien
C'est déjà beaucoup
Mais vous vous n'avez rien
Dans le cœur et j'avoue
Je vous envie
Je vous en veux beaucoup

Ce sont ces petits riens
Qui me venaient de vous
Les voulez-vous ?
Tenez ! Que voulez-vous ?
Moi je ne veux pour rien
Au monde plus rien de vous
Pour être à vous
Faut être à moitié fou.

Paroles et Musique: Serge Gainsbourg   1964 "Gainsbourg Percussions"

Posté par Loudo à 23:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Ces petits riens

    "On n'oublie rien de rien
    On n'oublie rien du tout
    On n'oublie rien de rien
    On s'habitue c'est tout

    Ni ces départs ni ces navires
    Ni ces voyages qui nous chavirent
    De paysages en paysages
    Et de visages en visages
    Ni tous ces ports ni tous ces bars
    Ni tous ces attrape-cafard
    Où l'on attend le matin gris
    Au cinéma de son whisky

    Ni tout cela ni rien au monde
    Ne sait pas nous faire oublier
    Ne peut pas nous faire oublier
    Qu'aussi vrai que la terre est ronde
    On n'oublie rien de rien
    On n'oublie rien du tout
    On n'oublie rien de rien
    On s'habitue c'est tout

    Ni ces jamais ni ces toujours
    Ni ces je t'aime ni ces amours
    Que l'on poursuit à travers cœurs
    De gris en gris de pleurs en pleurs
    Ni ces bras blancs d'une seule nuit
    Collier de femme pour notre ennui
    Que l'on dénoue au petit jour
    Par des promesses de retour

    Ni tout cela ni rien au monde
    Ne sait pas nous faire oublier
    Ne peut pas nous faire oublier
    Qu'aussi vrai que la terre est ronde
    On n'oublie rien de rien
    On n'oublie rien du tout
    On n'oublie rien de rien
    On s'habitue c'est tout

    Ni même ce temps où j'aurais fait
    Mille chansons de mes regrets
    Ni même ce temps où mes souvenirs
    Prendront mes rides pour un sourire
    Ni ce grand lit où mes remords
    Ont rendez-vous avec la mort
    Ni ce grand lit que je souhaite
    A certains jours comme une fête

    Ni tout cela ni rien au monde
    Ne sait pas nous faire oublier
    Ne peut pas nous faire oublier
    Qu'aussi vrai que la terre est ronde
    On n'oublie rien de rien
    On n'oublie rien du tout
    On n'oublie rien de rien
    On s'habitue c'est tout"

    Jacques Brel

    Posté par melusine, 12-11-2006 à 17:26 | | Répondre
  • Merci...

    Pour ton comm' ! Mon bras va beaucoup mieux. Et l'idée de faire un blog à partir de rien, je trouve ça génial

    Posté par Nelka, 12-11-2006 à 20:38 | | Répondre
  • De rien.......

    ......et ce sont vos riens qui feront beaucoup.

    @Mélu, en lisant ces paroles, un rien d'air chantonnant m'est revenu. Mais on s'habitue, c'est rien.

    Posté par Loudo, 12-11-2006 à 22:53 | | Répondre
  • un rien de gainsbarrrr

    super la vidéo je ne l'avais jamais vu un vrai poète ce sergio même dans le rien il excelle

    Posté par LYDI, 14-11-2006 à 09:43 | | Répondre
Nouveau commentaire